الأمين العام لاتحاد المغرب العربي يشارك في افتتاح ندوة دولية حول “التمويل الأخضر في بلاد المغاربية”

شارك أ.د الطيب البكوش الأمين العام لاتحاد المغرب العربي صباح يوم الثلاثاء 29-09-2020 في افتتاح الندوة الدولية التي نظمها اتحاد البنوك المغاربية مع شركاء دوليين حول ” التمويل الأخضر في بلاد المغاربية”، وقد دارت الأشغال باللسان الفرنسي، وفي مايلي أهم ما جاء في كلمة الأمين العام؛
Mesdames et Messieurs
Je voudrais d’abord remercier l’Union des Banques Maghrébines et ses dirigeants de m’avoir invité à participer, au nom du secrétariat Général de l’UMA, à l’ouverture de cette importante visio-conférence, qui se tient dans les conditions difficiles que l’on sait, à savoir une pandémie qui semble s’inscrire dans la durée et qui nous oblige à vivre et travailler avec.

la Finance verte, moteur de l’Economie verte, fait partie de toute une panoplie de concepts ayant des relations d’association qui en font un réseau complexe. J’en citerais toutes les notions liées à l’agriculture et son développement, dont l’agriculture biologique, la biodiversité et l’écosystème, les énergies renouvelables (solaire, éolienne, hydrolique), et ce, pour assurer la sécurité énergétique, limiter les aléas du climat, la pollution et les émissions de CO2, qui favorisent le réchauffement climatique.

L’économie verte est indissociable de l’économie bleue, liée à un autre réseau conceptuel très important et aussi complexe.
Financer l’économie verte, c’est contribuer à l’amélioration du bien être humain, par le développement économique et social durable, en réduisant les risques environnementaux et la pénurie des ressources qui assurent la sécurité alimentaire, à la base de la sécurité humaine et des droits fondamentaux de la personne humaine. Pour ce faire, il est primordial de promouvoir les énergies renouvelables et l’agriculture biologique, traiter les eaux usées, et si nécessaire, procéder au dessalement de l’eau de la mer.

A ce propos, un projet régional FAO/UMA, est en cours de réalisation, suivi par notre Direction de la Sécurité Alimentaire. On pourrait citer également le projet de valorisation énergétique des déchets organiques, pour la production du biogaz, comme en Tunisie, ou les projets de villes vertes, au Maroc et en Algérie. Citons également les industries propres et les transports publics.

Cependant, beaucoup d’obstacles persistent, tant politiques et bureaucratiques que financiers, entravant l’application des recommandations visant la promotion rapide d’une véritable économie verte et bleue.
De telles conférences pourraient aider à relever les défis qui entravent les accords pertinents, notamment celui de Paris.
Je vous remercie de votre attention.